Accueil Bibliographie L'actu
du mois
Textes à télécharger Le texte du mois Espace
vidéo
Photos
de l'auteur
A savoir... Contact

Il y a quelque chose de pourri au paradis

Un homme, debout, regarde droit devant lui. Un autre homme arrive, par derrière.

L’homme – C’est quoi ça ?

L’autre homme – C’est un trou.

L’homme – Un trou ?

L’autre homme – Le trou Lala itou.

L’homme – Pardon ?

L’autre homme – C’est son nom… Le trou Lala itou. Juste à côté, vous avez le trou Badour et derrière…

L’homme – Merci, j’ai compris.

Silence gêné.

L’autre homme – C’est un joli trou, harmonieux, un volume cohérent…

L’homme – Et derrière le trou, qu’est-ce qu’il y a ?

L’autre homme – Un magnifique espace de vie.

L’homme – C’est à dire qu’une fois qu’on est dans le trou, on bénéficie d’un espace de vie ?

L’autre homme – C’est le but recherché.

L’homme – Vous vous foutez de moi ?

L’autre homme – Non monsieur.

L’homme – Vous savez comment j’appelle ça, votre volume cohérent avec vue sur un magnifique espace de vie, j’appelle ça une grotte !

L’autre homme – On peut dire ça.

L’homme – Vous savez qui je suis ?

L’autre homme – Qui vous étiez…

L’homme – C’est pareil.

L’autre homme – C’est pareil…Et c’est pas pareil.

L’homme – Vous pensez un quart de seconde que je vais accepter votre proposition ?

L’autre homme – Ce n’est pas une proposition.

L’homme – Alors c’est quoi ?

L’autre homme – C’est comme ça.

L’homme – Non, mais vous savez à qui vous parlez ? Vous êtes qui, d’abord ?

Le Petit Architecte – Le Petit Architecte… Ça n’a rien à voir avec la taille…

L’homme – Le Petit Architecte… Ça veut donc dire qu’il y a un Grand Architecte…

Le Petit Architecte – En effet, monsieur.

L’homme – Je veux voir le Grand Architecte.

Le Petit Architecte – C’est pas possible, il est train de zoomer à l’échelle 1 la restructuration d’une zone d’habitation à forte densification de flux et de reflux d’habitants nouvellement arrivés dans le quartier de lune.

L’homme – Dites-lui de venir ou ça va être l’enfer !

Arrivée d’une femme.

La femme – Oh la la ! Qu’est-ce que j’entends ? L’enfer ! Et pourquoi pas la banlieue tant qu’on y est !

Le Petit Architecte – Ou barre d’immeubles ?

La femme – Que vous êtes drôle !

Le Petit Architecte – Vous reprendrez bien une petite part de ghetto ?

La femme – Je vais me faire pipi dessus !

L’homme – C’est fini, oui ! Avec vos blagues à deux balles !

Le Petit Architecte – Monsieur, on peut pas dire ça, c’est un mot interdit.

La femme – Balle, nous n’avons pas le droit de prononcer ce type de mot, c’est comme boulet, bombe…

L’homme – On peut pas dire balle ?

Le Petit Architecte – Non, on peut pas dire balle.

La femme – D’ailleurs, on va arrêter de dire on peut pas dire…

Le Petit Architecte – Balle.

La femme – Voilà.

L’homme – Mais… La petite balle, la fille de monsieur ballon et de madame boule, on peut en parler ?

Le Petit Architecte – Ah oui…C’est différent.

La femme – C’est comme la balle au bois dormant.

Le Petit Architecte – Ou la balle et la bête.

La femme – C’est comme le trou, juste derrière, on l’appelle bien le trou de…

Silence.

Le Petit Architecte – Un ange passe.

L’homme – C’est compliqué la langue française.

Le Petit Architecte – Très.

La femme – Moi, je préfère l’anglais.

Le Petit Architecte – C’est vrai qu’en anglais, balle se dit…

La femme – «Bol».

Le Petit Architecte – Et ça change tout.

L’homme – Si nous revenions aux origines, à cette grotte.

La femme – Elle a de très belles fresques murales.

Le Petit Architecte – Laissées par les anciens propriétaires.

La femme – Des buffles, des lionnes, un hibou…

L’homme – Je m’en fous.

Le Petit Architecte – Une très belle entrée, un très beau volume sur un seul niveau, pas d’escalier à monter…

La femme – Ni à descendre.

Le Petit Architecte – Bien situé, pas loin des commerces.

La femme – Très jolie vue.

Le Petit Architecte – Un de vos voisins, monsieur Platon, est très satisfait.

La femme – Depuis le temps qu’il est là, nous lui avons bien proposé d’autres logements.

Le Petit Architecte – Il n’a jamais voulu partir.

La femme – Il a même refusé qu’on lui installe l’électricité.

Le Petit Architecte – Il préfère la bougie.

L’homme – Attendez, rassurez-moi, il y a le courant dans cette grotte ?

La femme – Ah non.

Le Petit Architecte – C’est une grotte bas de gamme.

La femme – Réservée aux nouveaux arrivants qui ont été privés de lumière durant toute leur existence.

L’homme – Vous êtes qui ?

La Moyenne Architecte – La Moyenne Architecte.

L’homme – Sans être désobligeant, je ne veux pas voir le Petit Architecte, la Moyenne, le Gros, le Gras, le Graisseux, je veux voir le Grand Architecte !

Le Grand Architecte adjoint – Voilà, voilà, on me demande ?

L’homme – Vous êtes le Grand Architecte ?

Le Grand Architecte adjoint – Adjoint, le Grand Architecte adjoint.

L’homme – Vous le faites exprès !

Le Grand Architecte adjoint – Ah oui, je l’ai fait exprès, je me suis présenté aux élections du C.A…

L’homme – Le conseil d’administration ?

Le Grand Architecte adjoint – Le conseil des anges et j’ai été élu.

L’homme – Félicitations.

Le Grand Architecte adjoint – Merci.

L’homme – Et vous êtes adjoint à quoi ?

Le Grand Architecte adjoint – À la culture.

L’homme – La culture ?

Le Grand Architecte adjoint – Oui… Ne pas confondre avec l’agriculture.
L’homme – Je suis fatigué, moi, j’ai un de ces coups de pompe…

Le Petit Architecte – Funèbres !

La Moyenne Architecte – Oh le vilain jeu de mots !

Le Grand Architecte adjoint – Je vais être obligé de faire un rapport.

L’homme – Depuis que je suis arrivé, je vais de surprises en déconvenues, à peine sorti de la gare…

Le Grand Architecte adjoint – L’aérogare.

L’homme – Nous avons traversé des villes qui semblaient sortir de Tintin au pays des Soviets, des tours qui disparaissaient dans les nuages, pas un espace vert, pas un bout de forêt, une mégapole à perte de vue, les rares passants que nous avons croisés étaient tous vêtus de blanc…

La Moyenne Architecte – C’est salissant.

L’homme – Et encore, je ne pouvais pas le deviner, à côté d’ici, c’était le nec plus ultra…

Le Petit Architecte – Vous parlez latin ?

L’homme – Je ne pouvais pas concevoir que ce qui me pendait au nez, c’était une grotte.

Le Grand Architecte adjoint – Elle est très bien, cette grotte.

L’homme – Non, elle n’est pas très bien, je veux voir le responsable !

Le Grand Architecte adjoint – Il est en train de zoomer à l’échelle 1 la restructuration…

L’homme – On peut dire ce qu’on veut… Mais sur terre, vous avez de sacrés communicants… Quand on les voit pousser la chansonnette au beau milieu de l’église…

Le Petit Architecte – L’aéronef.

L’homme – On y croit, on se dit qu’ici, c’est le paradis !

Le Grand Architecte adjoint – Mais vous êtes au paradis !

La Moyenne Architecte – C’est ici.

L’homme – Mais il est pourri votre paradis, nom de Dieu !

Le Grand Architecte adjoint – Oh la la ! Faut pas dire ça !

L’homme – Quoi ?

La Moyenne Architecte – Dieu, il ne faut pas dire Dieu.
Le Petit Architecte – Il trouve que ça fait vieux.

L’homme – Je veux le voir !

Le Petit Architecte – Et si à l’entrée de la grotte, on vous mettait un paillasson ?

Le Grand Architecte adjoint – C’est une très bonne idée !

La Moyenne Architecte – C’est remarquable !

L’homme – Je veux le voir tout de suite !

Le Grand Architecte adjoint – Bon… En ma qualité d’adjoint et au vu de la gravité de la situation, je vais demander une audience accélérée auprès du Patron.

L’homme – Merci !

Le Grand Architecte adjoint – Il vous faudra attendre un petit peu…

L’homme – J’attendrai.

Le Grand Architecte adjoint – Disons dans les 20, 30 ans.

L’homme – Ah tout de même !

Le Grand Architecte adjoint – Vous savez ici, le temps n’a pas beaucoup d’importance… En attendant, vous serez consigné à la gare.

L’homme – L’aérogare.

Le Grand Architecte adjoint – Ou alors, vous avez une autre solution…Vous pouvez revenir sur terre à l’état de fantôme.

L’homme – Et c’est bien ?

Le Grand Architecte adjoint – Si vous aimez les châteaux écossais…

L’homme – Je préfère la salle des gars perdus.

Le Grand Architecte adjoint – À votre aise.

L’homme – Et… Excusez-moi, ma demande peut paraître déplacée, si je… Si je demandais mon transfert en enfer ?

Le Grand Architecte adjoint – Monsieur… Vous venez de l’enfer.


(Avec l'aimable autorisation des éditions de la Gare)








Les anciens textes du mois...

AIR FARCE ONE

VA TE FAIRE VOIR CHEZ LES ...

L'auteur et la gratuité

PETITES NOTES...

Il y a quelque chose de pourri au paradis

 
Dimanche 20 août 2017
Designed by Subst@nceS © 2008