Accueil Bibliographie L'actu
du mois
Textes à télécharger Le texte du mois Espace
vidéo
Photos
de l'auteur
A savoir... Contact

AIR FARCE ONE

1 – Monsieur le président

Premier jour de la présidence du président... Il tourne en rond dans son bureau.

Le président – Président …Ça claque, non ?

Le conseiller – En effet, monsieur le président, ça claque…Comme vous dites.

Le président – C’est pas n’importe quoi !

Le conseiller – Ce n’est pas n’importe quoi.

Le président – Je suis le président !

Le conseiller – Sans aucun doute.

Le président – Et pourtant, tu vois, y a quelque chose qui me tracasse…

Le conseiller – Qui vous tracasse ?

Le président – Qui me les casse !

Le conseiller – Qui vous les casse ?

Le président – Assieds-toi, reste pas debout planté comme ça, on dirait un piquet de grève.

Le conseiller – Merci, monsieur le président.

Le président – J’avais jamais remarqué…T’es grand.

Le conseiller – Pas vraiment.

Le président – Combien ?

Le conseiller – Un mètre quatre-vingt un.

Le président – Quand même…Ta mère était grande ?

Le conseiller – Non, monsieur le président, mon père non plus.

Le président – C’est l’alimentation, c’est important l’alimentation.

Le conseiller – Quand j’étais petit, je mangeais beaucoup d’épinards et de lentilles.

Le président – C’est ce que je disais, c’est important…Pourquoi je disais ça ?

Le conseiller – Parce que c’est important…

Le président – De quoi on parlait ?

Le conseiller – C’est difficile à dire, monsieur le président…

Le président – Ça y est, ça me revient ! Tu veux un chocolat ?

Le conseiller – Non merci, monsieur le président.

Le président – T’aimes pas les chocolats ?

Le conseiller – Si, si, monsieur le président.

Le président – Vas-y, te gêne pas, j’en ai plein.

Le conseiller – C'est-à-dire, aujourd’hui, c’était votre journée d’investiture et vous étiez tellement beau, si solennel, j’en ai encore l’estomac noué par l’émotion.

Le président – T’es sentimental ?

Le conseiller – Oui…

Le président – Alors, prends un Mon Chéri.

Le conseiller – Merci, monsieur le président.

Le président – Dis-moi, toi qui sais tout, le connard qui préside le Conseil Général, on l’appelle comment ?

Le conseiller – De quel connard parlez-vous, monsieur le président ?

Le président – Pas un connard en particulier, le peigne-cul qui préside un Conseil Général, on l’appelle comment ?

Le conseiller – Monsieur le président du…

Le président – Voilà ! On y est ! T’imagines le mec, il dirige l’Ardèche ou la Lozère, et on l’appelle Monsieur le président comme moi, moi qui dirige la France ! C’est pas normal !

Le conseiller – C’est vrai que quand on y réfléchit…

Le président – Le gars, il va dans la rue, on lui dit «Bonjour, monsieur le président», il signe «monsieur le président», il reçoit du courrier à l’attention de «monsieur le président» alors que c’est moi le président ! Attention, je n’ai rien contre l’Ardèche ou la Lozère, c’était simplement pour illustrer mon propos, t’es Ardéchois ?

Le conseiller – Non, monsieur le président.

Le président – De la Lozère ?

Le conseiller – Non plus.

Le président – C’est très joli par là-bas.

Le conseiller – Très joli, monsieur le président.

Le président – C’est très joli mais je m’y ferais chier à cent sous de l’heure…C’est un peu comme les musées, c’est très joli tout ça, les peintures, les sculptures mais ça me fait chier ! Pas toi ?

Le conseiller – Je ne vais pas dans les musées, monsieur le président.

Le président – Pourquoi ?

Le conseiller – Je n’ai pas le temps.

Le président – Bon alors écoute, demain tu vas au musée.

Le conseiller – Ai-je démérité à ce point, monsieur le président ?

Le président – Tu vas au musée !

Le conseiller – Lequel, monsieur le président ?

Le président – Celui que tu veux, ils me font tous chier. Et après tu viens me voir et tu me dis si ça t’a fait chier ? D’accord ?

Le conseiller – Bien, monsieur le président.

Le président – J’adore parler culture, ça me détend. T’en veux un autre ?

Le conseiller – Merci, monsieur le président.

Le président – Tu verras, ceux-là, ils sont très bons, pralinés à l’intérieur avec une petite touche de caramel. Donc…Je présume que c’est pareil pour les présidents de Conseils Régionaux ?

Le conseiller – C’est pareil, monsieur le président.

Le président – Et les trucs en dessous là, merde, j’ai perdu le nom…

Le conseiller – Les communautés de communes…

Le président – Me dis pas que le trois neurones qui dirige la communauté de communes de Trou-sur-Flaque, on l’appelle monsieur le président !

Le conseiller – On l’appelle monsieur le président, monsieur le président.

Le président – Alors que c’est moi le président !

Le conseiller – Oui, monsieur le président.

Le président – Tu peux pas savoir comment ça me bouffe les couilles cette histoire !

Le conseiller – Il y a aussi les associations…

Le président – Tu veux dire que le président du club de boules de Pézenas, on peut l’appeler monsieur le président ?

Le conseiller – Oui, monsieur le président.

Le président – Je suis effondré…Etre président, c’est le rêve de toute une vie… Et le jour où je deviens président, je m’aperçois que tout le monde est président…

Le conseiller – Vous êtes le président de La République Française.

Le président – Tu dis ça pour me faire plaisir…

Le conseiller – En quelque sorte, vous êtes le président de tous les présidents.

Le président – Le président de tous les présidents, voilà une idée qu’est bonne ! Et c’est pas qu’une idée, c’est la vérité ! Mais bon, ça change pas le fond du problème ! Comment me différencier de tous ces connards qui se font appeler monsieur le président ?

Le conseiller – Mais vous êtes le seul et unique président de La République Française.

Le président – Dis-moi bonjour.

Le conseiller – Bonjour monsieur le président de La République Française.

Le président – Bravo.

Le conseiller – Bravo monsieur le président de La République Française.

Le président – Encore.

Le conseiller – Encore monsieur le président de La République Française.

Le président – C’est pas mal… Mais c’est long….C’est pas assez…assez court. Faut trouver autre chose !

Le conseiller – Trouver autre chose ?

Le président – Empereur, roi, prince, faut avouer que ça a de la gueule ! Qu’est-ce que t’en penses ?

Le conseiller – En terme d’image, ce n’est pas très cohérent.

Le président – Mais qu’est-ce qu’on s’en bat les couilles de la cohérence de l’image ! Est-ce que mon discours est cohérent ? Est-ce que mon programme est cohérent ? Est-ce que je suis quelqu’un de cohérent ?

Le conseiller – Non, monsieur le président.

Le président – Tu vois ! Moi, je trouve que empereur, c’est mieux que président ! Roi aussi, c’est bien. Bon, prince, je le suis déjà, et puis prince c’est connoté, dès qu’on dit prince, tout le monde pense petit prince, ça me fait chier !

Le conseiller – Empereur de la République Française…

Le président – Oui bon…Je vois ce que tu veux dire…Ça fait peut-être un peu beaucoup.

Le conseiller – En effet, monsieur le président.

Le président – Ça va pas passer.

Le conseiller – Je ne crois pas, monsieur le président.

Le président – Je peux faire un petit décret ?

Le conseiller – Je vous le déconseille, monsieur le président.

Le président – Tu sais comment les gars des services secrets américains appellent le président des Etats-Unis ?

Le conseiller – Number one.

Le président – Exact ! Ça dégage un max ! Number one… Je veux qu’on m’appelle comme ça !

Le conseiller – Il va dire que vous copiez…

Le président – Qui ?

Le conseiller – Le président des Etats-Unis.

Le président – C’est celui qui dit qui y est !

Le conseiller – Vous allez avoir des problèmes avec l’Académie Française…

Le président – Avec quoi ? Tu veux parler de ces petits vieux qui se réunissent, une fois par mois, autour d’un dictionnaire. Je leur coupe le chauffage et ils retournent à l’hospice !

Le conseiller – Avec le peuple…

Le président – Attends, attends, les Français portent des jeans depuis des décennies, bouffent des hamburgers à longueur de journée, préfèrent le Coca-Cola au Pomerol, le rap à la musette, ils avalent, à la télé, des kilomètres et des kilomètres de séries américaines tellement connes que même moi je les regarde et tu vas me dire que les Français sont anti-Américains !

Le conseiller – C’est une exception culturelle, monsieur le président.

Le président – Et ça donne quoi en français ?

Le conseiller – Numéro un.

Le président – C’est pas très sexy…

Le conseiller – Non, monsieur le président.

Le président – Ça fait émission de variétés avec Guy Lux.

Le conseiller – Je crois plutôt que c’était Maritie et Gilbert Carpentier…

Le président – Faut trouver autre chose. J’attends tes propositions pour demain.

Le conseiller – Demain, je vais au musée.

Le président – Ah oui, c’est vrai…Disons après-demain, tu réunis la cellule prioritaire…

Le conseiller – La cellule grise ?

Le président – Bien sûr, quelle question à la con, on n’a pas cent cinquante cellules grises au Palais, ça se saurait !

Le conseiller – Je vous remettrai mes propositions sous quarante-huit heures, monsieur le président.

Le président – Très bien. Mais avant que tu partes, tu préfères quoi, FBI ou NYPD ?

Le conseiller – Je ne comprends pas, monsieur le président.

Le président – Je vais faire un jogging avec le premier ministre, ça me fait un peu chier, mais bon, faut bien que je le sorte de temps en temps, autrement il va pisser sur la moquette, alors je voulais savoir, je mets quoi comme tee-shirt, FBI ou NYPD ?

FIN

Les anciens textes du mois...

AIR FARCE ONE

VA TE FAIRE VOIR CHEZ LES ...

L'auteur et la gratuité

PETITES NOTES...

Il y a quelque chose de pourri au paradis

 
Dimanche 20 août 2017
Designed by Subst@nceS © 2008